• votre commentaire
  •  

    Interview

    Quand son attention se pose enfin sur vous, vous sentez un frisson vous parcourir la colonne vertébrale. Serait-ce de la crainte, ou autre chose... ? Quoi qu'il en soit, Syl est à présent là. Il vous observe en silence et écoute chacune de vos questions. S'il est interpellé par certaines d'entre elles, il ne laisse rien paraître, son visage n'affiche qu'une sorte de sérénité distante. À mesure que les mots se tarissent dans votre bouche, ses lèvres s'entrouvrent, et le son profond d'une voix vous parvient. Sans aucun préambule, Syl commence à vous répondre.

     

    Quelles sont tes origines, à quelle espèce appartiens-tu ?
    « Je suis la faune et la flore, à la fois matériel et immatériel.
    Un gardien, un esprit impartial chargé de veiller sur l'équilibre fragile de la nature. »

     

    Pourquoi « Syl » ?
    « C'est Toril qui m'appelle ainsi. Comme chaque homme éprouve le besoin de nommer les choses, je présume que
    c'était plus simple pour lui ainsi.  Syl, pour celui qui appartient à la Sylve. Ce n'est pas dénué de sens, cela me va.
    Ceci dit... j'ai eu un autre nom, autrefois, mais celui-ci s'est perdu il y a bien longtemps... »

     

    Aimes-tu la nature ?
    « Je vis à travers elle, et inversement. »

     

    Quel âge as-tu ? Quand es-tu né ?
    « Je l'ignore, le temps est pour moi une notion abstraite. Un an ? Un siècle ? Un millénaire ? 
    De même, j'ignore quand je suis apparu... peut-être en même temps que ces forêts... »

     

    Es-tu toujours sage ?
    « Qu'entendez-vous par là... ? »

     

    Quel est ton style de fille ?
    À cette question, Syl s'interrompt pour vous regarder. Il ne répond rien.
    Peut-être n'a-t-il pas compris la question derrière la question, qui sait ?

     

    Quel est ton plus grand défaut, ta plus grande qualité ?
    « Hm. On m'a une fois dit que j'étais distant, et j'ai écouté avec patience... »

     

    Pourquoi as-tu des cornes ?
    « Pourquoi n'en avez-vous pas ? Elles font partie intégrante de ce que je suis. »


    « Maintenant, j'ai moi aussi une question pour vous... quelle est votre créature préférée ? »


    votre commentaire
  • Interview

    De sa démarche prédatrice, Ezel s'avance et vient se planter face à vous. Un silence de glace s'abat alors, comme le calme avant la tempête. Vous avez beau chercher une once de bienveillance dans ses prunelles, il n'émane de lui qu'une aura sombre, presque destructrice. Il croise les bras et vous toise sans une once de sympathie dans le regard. Il sait très bien pourquoi il est là, et ça l'irrite d’avance. Il n'a qu'une hâte : en finir avec toute cette mascarade. Quand les premières questions pleuvent vers lui, sa mâchoire se contracte.

     

    D'où es-tu originaire ?
    « De Selenos. »

     

    Es-tu plutôt calme, discret ou agressif ?
    « Les trois. »

     

    Quel est ton type de fille ?
    A cette question, Ezel vous jauge de la tête aux pieds d'un œil critique.
    « Si t'as un minimum de jugeote, tu découvriras par toi-même quel genre de fille je n'aime pas... »

     

    Es-tu humain ?
    « Par malchance, je le suis en partie. »

     

    Selon toi, le véritable amour peut-il lever les mystères et apaiser les tourments ?
    « L'amour n'est que l'une des nombreuses manifestations de la faiblesse. »

     

    Quel est ton métier/fonction ?
    « Je suis un Exécuteur. »

     

    De quoi as-tu horreur ?
    « Des gens trop curieux... »

     

    As-tu une famille ?
    Un rictus plein de mépris étire son visage lorsqu'il vous crache sa réponse :
    « Ceux qui partagent mon sang ne représentent rien à mes yeux !! »

     

    D'où vient ta cicatrice ? Es-tu aveugle d'un œil ?
    « Cette cicatrice ridicule ne m'a pas rendu aveugle, non. Son origine n'a aucune sorte d'importance... »

     

    Qu'est-ce qui te fais le plus peur ?
    « L'échec. »

     

    Ton plus grand défaut et ta plus grande qualité ?
    « ... »

     

    Ezel vous regarde d'un drôle d'air. Sans rien dire, il vous gratifie d'un sourire carnassier et se détourne pour repartir. Son silence annonçait donc la fin de cette entrevue...
    On vous avait prévenu, Ezel n'est pas du genre coopératif. De qui restera-t-il le prétendant favori avec un tel caractère...


    votre commentaire
  • Interview

    Après une longue marche, vous arrivez sur le lieu du rendez-vous. Vous pénétrez alors dans une sorte d'atelier poussiéreux, muni d'une grosse cheminée. À l'intérieur, il fait une chaleur étouffante. Deyn est là. Assis nonchalamment sur une chaise de bois, il se balance dans un équilibre instable. Il n'a pas l'air d'avoir remarqué votre présence. Vous profitez de cet instant pour l'observer en secret. Qui peut-il être, dans le fond… ? Vous avez tant de question à lui poser ! Après un court moment, vous vous raclez doucement la gorge. C'est suffisant. Surpris, Deyn sursaute et se relève d'un bond. La surprise passée, il vous sourit avec malice et croise les bras en s'approchant de vous.
    « Enfin ! Alors, paraît que t'as des questions à me poser ? Je suis tout ouïe. »

     

    Comment te décrirais-tu ?
    « Cherche pas, j'ai un caractère de chien. J'suis loyal, joueur, fougueux et possessif. »

     

    D'où viennent tes cicatrices ? Pourquoi en as-tu autant et qui te les a infligées ?
    « Y'a pas si longtemps, mon quotidien n'était rythmé que par le bruit des combats et des batailles.
    Et d'autres choses... moins glorieuses, desquelles personne ne sort indemne. »

     

    As-tu de la famille ?
    Il hausse les épaules. « J'en ai eu une, oui, comme tout le monde. Maintenant je suis seul. »

     

    Quelles sont tes origines ?
    « Je suis né parmi les Kashak Ytaren, le peuple du feu. Pour la petite histoire, les miens vivent sur un volcan en activité.
    Faut aimer la chaleur et la précarité. D'après mes souvenirs, c'est pas un endroit très hospitalier. »

     

    Quel métier fais-tu ?
    « Aujourd'hui, je ne suis qu'un simple forgeron. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. J'ai jamais été plus heureux ! »

     

    Es-tu un guerrier ?
    Deyn grimace légèrement en biaisant son regard vers les braises de sa forge.
    « Ouais t'as vu juste ma jolie… je suis un foutu guerrier. Me battre, c'est ce que je fais de mieux...

    à part forger bien entendu. Mais c'est derrière moi tout ça. Maintenant, je me consacre à mon travail,

    en priant qu'aucun conflit n'éclate encore dans le royaume. »

     

    Qu'est-ce qui t'attire chez une fille ?
    « Hé ! Si tu voulais savoir si tu m'attires, fallait poser franchement la question !
    Maintenant c'est trop tard, je me contenterai de répondre de manière générale.

    Le physique m'importe peu.  J'aime les filles courageuses, qui n'ont pas peur de se brûler.
    Douces... mais qui ont tout de même ce petit côté mordant tellement charmant. »

     

    Combien de conquêtes as-tu eu ? As-tu déjà eu une histoire sérieuse avec quelqu'un ?
    Il ricane. « Je m'attendais à une question du genre ! » Il soupire. « Jusqu’ici, il n'y a rien eu de bien sérieux. »

     

    Es-tu jaloux ? Si oui à quel point ?
    « Ouais... Disons que j'aime pas qu'on empiète sur mes plates-bandes. »

     

    Tu te teins les cheveux ? Quelle est ta routine coiffure le matin ?
    « Quoi !? Non ! » Deyn vous jette un regard faussement scandalisé puis éclate d'un rire franc.
    « Franchement, tu veux vraiment savoir ça ? Je suis désolé mais il va falloir que je t'arrête tout de suite…

    il faut bien que j'entretienne le mystère, il paraît que les filles en raffolent. »

     

    Tu as des choses à te reprocher ?
    À cette question, son sourire s'efface aussitôt. Après un moment d'hésitation, il vous concède une réponse prudente :
    « Celui qui n'a rien à se reprocher est un hypocrite. Je suis pas blanc comme neige, loin de là. Mais bon, est-ce important pour toi ? »

     

    Est-ce que tu aurais une anecdote de ton enfance ?
    « Je suis désolé, mais si tu t'attends à un souvenir rempli de papillons et de champs de fleurs tu vas être déçue.
    J'me souviens bien d'une chose... d'une sensation. Celle de tenir une arme dans ma main pour la première fois,

    et de sentir le goût du sang dans ma bouche... »

     

    Le temps file et l'entretien touche à sa fin. Deyn se passe une main dans les cheveux, l'air amusé. Il lui reste une chose à vous dire, à vous demander : « Satisfaite ? T'es sacrément curieuse, quand même ! La prochaine fois, j'espère que les rôles seront inversés ! Mais...dis-moi...est-ce que tu portes autant d'intérêt à tous les hommes que tu croises, ou bien... ? »


    votre commentaire
  • Interview

    Quand vous arrivez pour faire connaissance avec le jeune protecteur, vous réalisez qu'il est déjà là. Les bras croisés, son regard semble perdu vers l'horizon. Vous êtes frappée par la prestance magnétique qui émane de lui, sa stature ne vous laisse pas indifférente. Lorsqu'il sent votre présence, Toril tourne aussitôt la tête dans votre direction, vous transperçant de ses iris à la teinte lunaires. À mesure qu'il vous reconnaît, son visage s'illumine et il vous gratifie d'un bref sourire totalement craquant. Il vous attendait.
    « Vous voilà ! J'ai bien cru devoir partir à votre recherche. On m'a dit que vous aviez des questions à me poser... je tâcherai de vous répondre. »

     

    Quelle est ta couleur préférée ? 
    « J'aime la couleur du ciel qui se reflète sur la glace de mon pays. J'espère pouvoir vous montrer cela un jour. »

     

    T'es-tu teint les cheveux ?
    « Je... non, pourquoi cette question ? »

     

    De quelle espèce es-tu ? D'où viens-tu ?
    « Je suis un Sélénite originaire de Selenos. »

     

    As-tu un lien avec Ezel ?
    « Je connais cet individu de réputation mais je n’appellerai pas ça un lien... 
    ce traître n'a rien à voir avec moi. Il a juste un peu de sang Sélénite dans les veines.

    Si je peux vous donner un conseil : tenez vous à l'écart de lui... »

     

    As-tu de la famille ?
    « J'ai un père, une mère... et un frère. »

     

    Comment te décrirais-tu ?
    « Je suis quelqu'un de dévoué et de courageux. J'aime l'honneur, le respect. »

     

    De quoi as-tu peur ?
    « De quoi j'ai peur... ? J'aurais bien aimé ne pas avoir à répondre à cette question,
    mais puisque vous insistez. Je dois avouer que j'ai peur de perdre l'espoir qui anime mon cœur,
    sans lui, ma vie n'aurait plus aucun sens. Et puis... j'ai peur de vous perdre. »

     

    Quel est ton but dans la vie ?
    « Obtenir le pardon de ma déesse pour les actes commis par mes ancêtres. Triompher du mal qui ronge mon peuple. »

     

    Es-tu de sang noble ?
    À cette question, Toril semble mal à l'aise. « C'est compliqué... »

     

    Jusqu'où es-tu prêt à aller pour me protéger ?
    « Soyons bien clair. Un mot et je donnerais ma vie pour vous. »

     

    Peux-tu nous raconter une anecdote ou un souvenir ?
    « Oui... je suppose que je le peux. J'ai ce souvenir de mon enfance... j'étais avec ma mère,
    le ciel laissait tomber sur nous une neige à la finesse infinie. Tout semblait si calme et

    paisible.  Elle m'avait alors révélé quelles avaient été les dernières paroles de la déesse,
    juste avant qu'elle ne disparaisse. Ces mots se sont gravés sur mon âme. »

     

    Qu'est-ce qui t'attire chez une fille ?
    L'ébauche d'un sourire étire ses lèvres tandis qu'une étincelle s'anime dans son regard.
    Il réfléchit en vous observant longuement. « Je ne... saurais dire. L'attirance est une chose imprévisible,

    vous ne croyez pas ? »

     

    « Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, des obligations requièrent ma présence ailleurs. Si vous avez besoin de quoique ce soit, n'hésitez pas à faire appel à moi... » Et sur ces paroles pleines de ferveur, le beau Sélénite s'éclipse.


    votre commentaire