• Interview

    Interview

    Après une longue marche, vous arrivez sur le lieu du rendez-vous. Vous pénétrez alors dans une sorte d'atelier poussiéreux, muni d'une grosse cheminée. À l'intérieur, il fait une chaleur étouffante. Deyn est là. Assis nonchalamment sur une chaise de bois, il se balance dans un équilibre instable. Il n'a pas l'air d'avoir remarqué votre présence. Vous profitez de cet instant pour l'observer en secret. Qui peut-il être, dans le fond… ? Vous avez tant de question à lui poser ! Après un court moment, vous vous raclez doucement la gorge. C'est suffisant. Surpris, Deyn sursaute et se relève d'un bond. La surprise passée, il vous sourit avec malice et croise les bras en s'approchant de vous.
    « Enfin ! Alors, paraît que t'as des questions à me poser ? Je suis tout ouïe. »

     

    Comment te décrirais-tu ?
    « Cherche pas, j'ai un caractère de chien. J'suis loyal, joueur, fougueux et possessif. »

     

    D'où viennent tes cicatrices ? Pourquoi en as-tu autant et qui te les a infligées ?
    « Y'a pas si longtemps, mon quotidien n'était rythmé que par le bruit des combats et des batailles.
    Et d'autres choses... moins glorieuses, desquelles personne ne sort indemne. »

     

    As-tu de la famille ?
    Il hausse les épaules. « J'en ai eu une, oui, comme tout le monde. Maintenant je suis seul. »

     

    Quelles sont tes origines ?
    « Je suis né parmi les Kashak Ytaren, le peuple du feu. Pour la petite histoire, les miens vivent sur un volcan en activité.
    Faut aimer la chaleur et la précarité. D'après mes souvenirs, c'est pas un endroit très hospitalier. »

     

    Quel métier fais-tu ?
    « Aujourd'hui, je ne suis qu'un simple forgeron. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. J'ai jamais été plus heureux ! »

     

    Es-tu un guerrier ?
    Deyn grimace légèrement en biaisant son regard vers les braises de sa forge.
    « Ouais t'as vu juste ma jolie… je suis un foutu guerrier. Me battre, c'est ce que je fais de mieux...

    à part forger bien entendu. Mais c'est derrière moi tout ça. Maintenant, je me consacre à mon travail,

    en priant qu'aucun conflit n'éclate encore dans le royaume. »

     

    Qu'est-ce qui t'attire chez une fille ?
    « Hé ! Si tu voulais savoir si tu m'attires, fallait poser franchement la question !
    Maintenant c'est trop tard, je me contenterai de répondre de manière générale.

    Le physique m'importe peu.  J'aime les filles courageuses, qui n'ont pas peur de se brûler.
    Douces... mais qui ont tout de même ce petit côté mordant tellement charmant. »

     

    Combien de conquêtes as-tu eu ? As-tu déjà eu une histoire sérieuse avec quelqu'un ?
    Il ricane. « Je m'attendais à une question du genre ! » Il soupire. « Jusqu’ici, il n'y a rien eu de bien sérieux. »

     

    Es-tu jaloux ? Si oui à quel point ?
    « Ouais... Disons que j'aime pas qu'on empiète sur mes plates-bandes. »

     

    Tu te teins les cheveux ? Quelle est ta routine coiffure le matin ?
    « Quoi !? Non ! » Deyn vous jette un regard faussement scandalisé puis éclate d'un rire franc.
    « Franchement, tu veux vraiment savoir ça ? Je suis désolé mais il va falloir que je t'arrête tout de suite…

    il faut bien que j'entretienne le mystère, il paraît que les filles en raffolent. »

     

    Tu as des choses à te reprocher ?
    À cette question, son sourire s'efface aussitôt. Après un moment d'hésitation, il vous concède une réponse prudente :
    « Celui qui n'a rien à se reprocher est un hypocrite. Je suis pas blanc comme neige, loin de là. Mais bon, est-ce important pour toi ? »

     

    Est-ce que tu aurais une anecdote de ton enfance ?
    « Je suis désolé, mais si tu t'attends à un souvenir rempli de papillons et de champs de fleurs tu vas être déçue.
    J'me souviens bien d'une chose... d'une sensation. Celle de tenir une arme dans ma main pour la première fois,

    et de sentir le goût du sang dans ma bouche... »

     

    Le temps file et l'entretien touche à sa fin. Deyn se passe une main dans les cheveux, l'air amusé. Il lui reste une chose à vous dire, à vous demander : « Satisfaite ? T'es sacrément curieuse, quand même ! La prochaine fois, j'espère que les rôles seront inversés ! Mais...dis-moi...est-ce que tu portes autant d'intérêt à tous les hommes que tu croises, ou bien... ? »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :